Les effets dramatiques

Léon de Luc BessonLe terme grec drama signifie littéralement action. Dans le sens ou l’entend Aristote, cette action peut autant être physique qu’intérieure. Créer un effet dramatique, cela consiste à faire partager au spectateur, par l’intermédiaire d’actions visibles, des éléments de l’intériorité du personnage, afin de faire naître et évoluer ses émotions.

(…)

Attendu et inattendu

Tout effet fonctionne sur une préparation, et donc une attente installée .

Un effet attendu se présente comme une conséquence prévisible de la situation et des événements passés. Son impact dépend du type d’annonce : selon que le spectateur redoute ou espère une action, apprécie ou rejette un personnage, partage ou non les désirs du protagoniste ou de son adversaire.

(…)

Un effet inattendu n’est pas une conséquence prévisible des événements précédents, mais il doit rester vraisemblable, cohérent et explicable dans le contexte installé, sans quoi il provoquera le décrochement du spectateur. On doit le surprendre, mais il devrait pouvoir se dire «je ne m’y attendais pas mais ça se tient».

Enchaînement des effets

L’état mental du spectateur évolue au fil des événements, des conflits, des surprises, des annonces et des paiements qui s’enchaînent sous ses yeux.

Voir un personnage qui réussit sans cesse créera pour le spectateur l’attente d’un échec, de même qu’une suite de drames crée l’attente d’un événement positif.

Il s’agit donc de faire varier l’émotion, ainsi que la manière dont elle est créée, en jouant par exemple sur des alternances : tension / détente ; calme / mouvement ; réussite / échec ; frustration / satisfaction ; silence / bruit / musique ; etc.

Continuité et rebondissements

En travaillant l’enchaînement des scènes, on doit rechercher un équilibre entre les émotions précédentes (attendues / inattendues, satisfaisantes/frustrantes), celles de la scène en cours, et celles qui restent à venir.

 

Le Kit de survie du scénariste aborde en détail :

– les trois temps à respecter pour créer tout effet,
– comment tricher avec une attente pour surprendre le spectateur,
– l’analyse complète d’une séquence enchaînant plusieurs effets (dans Léon de Luc Besson),
– la nature réelle des effets tragiques et comiques,
– comment enchaîner des effets en rupture,
– les fondements du comique, avec analyses de scènes,
– comment et pourquoi peut-on effectivement rire de tout,
– une analyse détaillée des effets s’enchaînant au début de La guerre des étoiles (George Lucas – 1977).

_ _ _

© 2015 – Gildas Jaffrennou

_Tout ce que vous devez savoir sur les effets dramatiques est dans
Le Kit de survie du scénariste


Editions Lettmotif 

_ _ffffff

Soutenez Ghost in the script

_ _ _

Ce contenu a été publié dans Techniques d'écriture, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire