La taupe, un film raté ?

Alors que la presse semble encenser assez majoritairement le film de Thomas Alfredson, j’ai envie de partager avec vous ma réaction en sortant de la projection de ce film, qui m’a tout de même plutôt déçu.

Que la réalisation, les images, le jeu d’acteur soient d’un bon niveau, il n’y a pas de doute. Le problème, c’est que dans ce film, nous ne suivons pas vraiment de protagoniste, et nous n’avons aucun élément d’enquête réel avant la… trentième minute !

Je suis assez stupéfié de la bonne presse du film car sur le plan scénario c’est à mon sens complètement raté. Peu ou pas de caractérisation des personnages (sauf pour nous signifier, assez subtilement que plusieurs sont homosexuels, ce qui dans les années 1970 était moins avouable qu’aujourd’hui), 70% des scènes ne font pas avancer l’intrigue, et déception suprême, le réalisateur ellipse la seule scène vraiment attendue, et préparée : celle de la confrontation entre Oldman et … celui qu’il démasque finalement (je ne vais tout de même pas vous spoiler le film).

Les quelques scènes violentes (au demeurant très impressionnantes) ne semblent être là que pour nous éviter de sombrer dans l’ennui, même si il se dégage de l’ensemble une ambiance, une menace non dite et un réalisme qui force le respect.

Mais au fond, qu’a-t-il d’attachant ce petit homme discret qui reste inactif pendant pratiquement toute la première heure de film ? Rien à mes yeux… Sauf d’être incarné par Gary Oldman, excellent acteur qui nous livre ici un festival d’effets Koulechov tant il reste inexpressif presque d’un bout à l’autre du récit (et ce n’est pas si facile).

Tout le film prétend tenir par la seule force du mystère, et si cela satisfait certains spectateurs, je trouve ça insupportable de perpétuellement en savoir MOINS que les personnages principaux. En tant que spectateur, ça m’empêche d’adhérer au propos. Certes, il y a des intrigues secondaires qui relancent le récit, mais aucune n’est installée : elles arrivent sans préparation, et certaines ne sont que partiellement résolues. Ex : Tarr retrouve-t-il la femme qu’il aime ?

 

Je me suis carrément demandé (mais je n’en ai pas parlé à John) si la taupe n’était pas Smiley, ce qui aurait constitué un splendide renversement final…

Si vous avez vu ce film, j’aimerai savoir ce que vous en avez pensé !

 

Gildas

Ce contenu a été publié dans Actualités, Analyse de scénarios, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à La taupe, un film raté ?

  1. Ping : charnières dramatiques – transitions – rebondissements | Ghost in the script

Laisser un commentaire